Le parc automobile et le taux d’équipement des réunionnais n’est pas surdimensionné, c’est même plutôt l’inverse, bien qu’il augmente régulièrement. Pourtant, le réseau routier contraint par le relief de l’île engendre des congestions systématiques aux heures de pointes, et les conditions météo peuvent même entrainer la paralysie du réseau.

Un taux d’équipement automobile raisonnable

On entend souvent qu’il y a trop de voitures à La Réunion et que les réunionnais collectionnent le nombre de voiture par habitant. L’étude que vient de sortir l’INSEE démontre le contraire, en tout cas pour le taux d’équipement. En 2014, 221 000 résidents à La Réunion possèdent au moins une voiture, soit 71% des ménages, contre 84% pour les ménages de province en France. On compte ainsi une voiture pour 2,5 habitants sur l’île, contre une voiture pour 1,9 habitant en province. Ce taux d’équipement automobile est d’autant plus raisonnable qu’une voiture est souvent nécessaire à La Réunion pour se déplacer et se rendre au travail. Malgré le climat, les deux roues se substituent moins à la voiture qu’en province (5% à La Réunion contre 10% en province).

Evolution du taux d’équipement automobile et comparaison La Réunion – Province

Taux-équipement-automobile-Réunion

Pourtant l’équipement automobile a beaucoup progressé ces 25 dernières années à La Réunion en lien avec l’augmentation du niveau de vie des réunionnais, auquel il faut ajouter l’augmentation démographique et donc celle du nombre de voitures. Il a néanmoins tendance a se stabiliser depuis 2009 à l’instar du taux d’équipement en province, mais ces moyennes régionales cachent en réalité de fortes différences locales.

Une répartition hétérogène du parc automobile réunionnais

Conséquence logique des nombreuses disparités réunionnaises, le taux d’équipement automobile et le parc de voitures réunionnais est réparti de façon très hétérogène en fonction des communes et des secteurs. Le taux d’équipement automobile est très largement corrélé au niveau de vie et à la situation de l’emploi au niveau du ménage. Ainsi, le taux d’équipement automobile est de 88% pour les ménages réunionnais au sein desquels au moins une personne travaille, contre seulement 48% quand personne n’occupe d’emploi au sein du ménage. Dans la même logique, plus il y a de personnes en emploi au sein d’un ménage, plus l’équipement des ménages en voitures est important.

Carte du taux d’équipement automobile par commune à La Réunion

Carte-repartition-taux-équipement-automobile-Réunion

C’est la commune de la Possession qui a le taux d’équipement automobile le plus élevé (82%), et c’est parallèlement la commune la moins touchée par la pauvreté et parmi les moins touchées par le chômage. Les communes limitrophes des centres économiques, où le taux d’emploi est important et le niveau de vie plus élevé, sont celles qui ont les taux d’équipement automobile les plus élevés : Sainte-Marie, Etang-Salé, les Avirons, mais aussi des communes comme la Plaine des Palmistes ou l’Entre-Deux. A l’opposé, les communes les plus touchées par la pauvreté et le chômage sont celles où les taux d’équipement automobile sont les plus faibles : Le Port, Saint-Louis ou Saint-Benoît, ainsi que les communes rurales isolées à l’image de Sainte-Rose, Salazie ou Cilaos.

Un réseau routier « fragile » et souvent congestionné

Le problème de la voiture à La Réunion n’est donc pas tant lié au taux d’équipement automobile des réunionnais, mais plutôt aux contraintes et fragilités de son réseau routier, ainsi qu’à la gestion des flux automobiles. Le relief de l’île contraint largement le réseau routier qui est 5 fois moins dense qu’en province (4 km contre 20 km pour 1 000 habitants). Les déplacements se concentrent sur le littoral et de fait, les entrées d’agglomérations subissent alors l’effet d’entonnoir pour la circulation. L’île subit des embouteillages chroniques aux heures de points à l’entrée des agglomérations sur les axes littoraux, et sur les routes d’accès aux mi-pentes maintenant urbanisées. Le trafic et la circulation sont beaucoup plus fluides en période de vacances scolaires.

Les conditions météorologiques et la pluviométrie, particulièrement durant l’été austral, peuvent entrainer coupures de radiers, éboulis, chutes de pierres… et littéralement paralyser le réseau routier réunionnais, notamment dès que certains axes stratégiques sont bloqués, à commencer par la route du littoral entre Saint-Denis et la Possession, où la route de Cilaos pour citer un exemple d’actualité : la ville et les habitants de Cilaos mais aussi ceux des autres îlets du cirque ont été littéralement « coupés du monde » suite à une série d’éboulis important sur la N5 depuis la mi-janvier. Un accès provisoire n’a pu être ouvert aux véhicules légers que début février, avec toutes les conséquences économiques pour ce cirque qui vit essentiellement du tourisme.

Source : INSEE

Pour aller plus loin :

• L’équipement automobile des réunionnais – étude INSEE
Transports à La Réunion

Fermer le menu