La faune marine et les poissons de La Réunion

Vous êtes ici : Accueil > Découvrir > Patrimoine > Faune marine

.

La situation de La Réunion lui permet de jouir d’une biodiversité et d’une faune marine exceptionnelle, que ce soit dans les récifs et les lagons, mais aussi avec les poissons et les habitants du grand large.

Récifs, lagons et grands fonds

Lagon-ermitage-reunionLa Réunion est une île volcanique géologiquement assez jeune qui repose directement sur le plancher océanique (pas de socle continental) à des profondeurs importantes (-4000 mètres), ce qui explique l’assez faible présence de récifs coraliens et de lagons, à la différence de sa soeur ainée l’île Maurice beaucoup plus ancienne. L’île est donc composée de récifs jeunes (8000 ans environ) qui délimitent des lagons de petites tailles (200 mètres de large au plus) et de faibles profondeurs, mais qui disposent d’une faune très riche. A La Réunion, les lagons sont situés sur la côte Ouest et Sud-Ouest de Saint-Gilles à Saint-Pierre, dont les principaux sont ceux de l’Hermitage, de Saint-Leu, de Saint-Pierre et de l’Etang-Salé. Ils font tous partie, à l’exception de celui de Saint-Pierre, de la réserve naturelle marine de La Réunion, espace protégé crée en 2007 pour protéger la richesse de la biodiversité et de la faune marine réunionnaise.

En Savoir + : La réserve naturelle marine de La Réunion

Passé la barrière de corail, ou quand il n’y en a pas, c’est à dire pour l’essentiel des côtes, c’est les tombants, le grand large et les grands fonds, mais qui abritent aussi une faune marine exceptionnelle, véritable paradis pour les plongeurs.

La biodiversité des récifs et des lagons

La Réunion compte 3 types de formations coralliennes :

• Les récifs frangeants, séparés de la plage par un lagon (l’Hermitage, Saint-Pierre…),
• Les plates formes récifales, récifs peu évolués accolés directement à la plage (Souris Chaude…),
• Les bancs récifaux, récifs embryonnaires, sont une colonisation par les coraux d’une coulée volcanique (Cap La Houssaye…).

Les coraux

Corail-ile-de-la-reunionMais quel que ce soit le type de récif, la vie commence par le corail, et donc les êtres vivants qui le construisent : les polypes coraliens. Socle du récif, le corail se construit inlassablement au gré des pontes nocturnes des milliards de polypes de récifs, dont les larves viennent se poser sur un substrat dur (rocher, épave, coulée volcanique…) pour former petit à petit le corail. C’est un processus très lent et il faut 10 ans environ à une colonie de polypes pour former une petite branche de corail. D’autres formes de polypes contribuent à la création du récif : les gorgones, les éponges ou encore les anémones.  Les récifs de La Réunion sont majoritairement composés de Corail Branchu. Nourriture pour certains, habitat ou nursery pour d’autres, le corail est le magnifique premier maillon de la vie du récif et du lagon, d’où l’importance de le respecter et de le protéger. Car le corail est menacé, par les éléments naturels (poissons, houles, cyclones…), mais aussi et surtout par l’action de l’Homme (urbanisations, rejets des eaux usées, eaux de ruissellements chargées en pollutions, braconnage, tourisme…). La création de la réserve naturelle marine et plus généralement l’ensemble des actions entreprises ces dernières années commencent à porter leur fruit, mais il reste beaucoup à faire pour préserver la richesse  et la beauté des lagons de La Réunion.

Malgré la faible surface de ces lagons (15 km²) comparée aux autres îles du secteur (600 km² à Maurice ou 1500 km² à Mayotte par exemple), la biodiversité et la faune marine présente à La Réunion est riche et comparable aux autres îles de la zone, elle est d’ailleurs classée parmi les 25 régions les plus intéressantes en matière de biodiversité par le WWF, l’archipel des Mascareignes figurant quant à lui parmi les 10 hot spots les plus importants de la biodiversité mondiale.

Les poissons du récif et du lagon à La Réunion

Ce sont les habitants les plus remarquables et remarqués du lagon, tant leurs formes et leurs couleurs peuvent être variées. Plus de 1200 espèces de poissons évoluent dans les lagons et sur les tombants des récifs des eaux réunionnaises. Il est impossible ici d’en dresser une liste exhaustive, mais en voici néanmoins les principales familles et représentants, pour lesquels il vous suffira de mettre la tête sous l’eau avec un masque pour pouvoir les observer.

poisson-papillon-reunion

Poissons-Papillons (10 genres – 114 espèces) : parmi les poissons les plus colorés du récif, les poissons-papillons (Chaetodon) vivent en solitaire ou en couple dans les lagons et sur les tombants jusqu’à 20 mètres de fond environ. On compte plus de 110 espèces de Chaetodon, dont une majorité sont communes à La Réunion, comme les papillons-cochers (Chaetodon Auriga) ou les papillons-ratons laveurs (Chaetodon lunula). Poissons diurnes, ils se nourrissent de polypes coraliens, d’algues, d’anémones ou de petits invertébrés.

poisson-demoiselle-bleu-vertPoissons-Demoiselles (28 genres – 321 espèces): la grande famille des poissons-demoiselles (Pomacentridés) compte plus de 300 espèces qui évoluent dans les récifs coraliens et sur les tombants jusqu’à 60 mètres de profondeur. Poissons diurnes de petites tailles (10-15 cm en moyenne), ils sont pour certains très territoriaux, n’hésitants pas à « attaquer » tout intrus. Ils s’installent dans des coraux branchus et se nourrissent d’algues et d’une petite faune de crustacées (petits crabes, crevettes…).

poisson-clown-maurice

Poissons-Clowns : sous-famille des Demoiselles, les poissons-clowns, si bien connus maintenant grâce au Film Le monde de Némo, comptent plus d’une vingtaine d’espèces, dont celle de Maurice très répandue, mais endémique de Maurice et de La Réunion. Le poisson-clown vit en interaction avec les anémones, l’un et l’autre se protégeant mutuellement, et il se nourrit essentiellement de plancton.

poissons-perroquets-reunionPoissons-Perroquets (9 genres – 83 espèces) : cette vaste famille de poissons (Scaridaede taille assez significative se caractérise par une mâchoire en bec, et des couleurs vives et changeantes en fonction de leur maturité. Le poisson-perroquet vit et se nourrit la journée et se repose la nuit à l’abri du récif, sous un rocher ou dans une épave, où il évolue jusqu’à 20 mètres de profondeur environ. Ils jouent un rôle important dans le développement du récif en participant notamment à la création de sable calcaire et à la consolidation de la barrière corallienne.

poisson-coffre-pintadePoissons-Coffres (14 genres – 33 espèces) : la famille des poissons-coffres (Ostraciidae) compte de nombreux genres et espèces qui peuvent atteindre 60 cm au maximum. Ils évoluent dans les récifs et sur les tombants jusqu’à 40 mètres de profondeurs environ. Poissons très habiles à la manoeuvre, ils peuvent nager à reculons ou faire demi-tour sur place. En cas de danger, ils sécrètent au niveau de l’épiderme, l’ostracitoxine, qui peut être mortelle pour les autres poissons. Les poissons-coffres sont omnivores et se nourrissent d’algues ou petits invertébrés.

Poisson-pierre-synanceia-verrucosaPoissons-Pierres (9 genres – 31 espèces) : une seule espèce de poisson-pierre est présente à La Réunion (Synanceia verrucosa), mais il est le poisson le plus dangereux du lagon, et le plus venimeux du monde. Posé sur le fond, il imite l’aspect des pierres recouvertes d’algues et peut même se dissimuler sous le sable. Sous la pression d’un pied ou d’une main, ses épines dorsales injectent un venin douloureux qui provoque une douleur intense, et un œdème pouvant rester plusieurs semaines se forme. Ce sont plutôt des chasseurs nocturnes, essentiellement piscivores ou se nourrissant de crustacés.

Poisson-baliste-picasso-Rhinecantus aculeatusBalistes (40 genres – 11 espèces) : habitants typiques des récifs coraliens, les balistes (Balistidaesont des poissons diurnes que l’on peut assez facilement voir à la recherche de nourriture, le plus souvent entre 0 et 50 mètres de profondeur. Evoluant en général en solitaire, comme le baliste Picasso (Rhinecanthus aculéates), ils sont assez territoriaux et défendent leur nids. Grace à leurs dents puissantes, les balistes se nourrissent d’invertébrés à carapaces dures (crustacées, mollusques, oursins…) mais aussi d’algues ou d’éponges.

Poisson-chirurgienChirurgiens (6 genres – 72 espèces) : Les poissons-chirurgiens (Acanthuridaepeuvent atteindre jusqu’à 1 mètre mais sont très comprimés latéralement, et peuvent descendre jusqu’à 100 mètres sur les tombants. Ils portent des épines coupantes comme un scalpel qui leur vaut leur appellation de chirurgiens. Ils sont sont essentiellement herbivores mais peuvent manger certains invertébrés. Ces très beaux poissons sont très appréciés des aquariophiles.

labres-macropharyngodon-bipartitusLabres (60 genres – 500 espèces) : La grande famille des labres (Labridae) forme un groupe très important et très varié dans les zones coralliennes, proche des poissons-perroquets. Ils sont en général de petites tailles (12 cm) mais certains peuvent dépasser les 2 mètres. Toutes les espèces sont diurnes et solitaires, sauf les juvéniles qui restent en groupe. Les labres sont carnivores et se nourrissent d’invertébrés à carapaces dures (crustacées, oursins…), et ils accompagnent souvent les balistes ou les mulets qui raclent et soulèvent le sable.

Poisson-mulet-crenimugil-crenilabisMulets (6 genres – 55 espèces) : la famille des mulets (Mullidae) qui regroupe notamment les rougets, les surmulets ou les capucins, affectionnent les eaux sableuses qu’ils raclent à la recherche de vers, petits mollusques et crustacés dont ils se nourrissent. Les mulets sont des poissons diurnes qui vivent en général en couple ou en groupe. Ils mesurent de 10 à 60 cm et évoluent dans les zones côtières peu profondes, où ils sont pêchés compte tenu de leur intérêt commercial.

murene-leopardMurènes (13 genres – 200 espèces) : très reconnaissables avec leur corps allongé (jusqu’à 4 mètres) et comprimé latéralement, les murènes (Muraenidae) évoluent partout dans les récifs coralliens. Les murènes se cachent le jour dans des anfractuosités du récif et sortent chasser à la tombée de la nuit, où elles se nourrissent de crustacés, de céphalopodes et de petits poissons. Elles ont mauvaise réputation à tort car bien qu’impressionnantes, notamment car elles ouvrent et ferment en permanence la gueule, les cas de morsures sont souvent dues à des comportement inadaptés.

mérouMérous et Barbiers (62 genres – 340 espèces) : La famille très importante des Serranidés, tant par leur nombre d’espèces que pour leur valeur économique, regroupe les mérous (epinephilinés) et les barbiers (anthiinés). Les mérous et barbiers s’abritent dans des grottes, sous les surplombs du platier ou dans les passes, mais peuvent descendre très profonds sur les tombants. Ils sont sédentaires et vivent en banc où ils chassent et se nourrissent de poissons ou de petits crustacés. Ils sont capables pour se protéger d’un certain mimétisme qui leur permet de mieux se fondre dans le paysage.

La liste pourrait être encore beaucoup plus longue : poissons-lézards, poissons-ballons, diodons, poissons-scorpions, poissons-anges, poissons-éperviers, sergents-majors, gobies, rascasses, ou encore le si caractéristique zancles (dit Idole des Maures), la faune marine du récif corallien et des lagons à La Réunion est abondante et variée.

Les poissons du récif coralien à La Réunion

Guide-sentier-reserve-marine_Page_1

Mollusques, oursins et crustacées

Il y a, à La Réunion, plus de 1300 espèces de mollusques, 500 espèces de crustacés, et 130 espèces d’échinodermes, dont certaines sont endémiques de La Réunion ou des Mascareignes. Impossible là encore d’en dresser une liste exhaustive, mais certains de ces représentants sont bien connus des réunionnais.

Echinodermes : cet embranchement regroupe des animaux très différents. Les concombres ou chenilles de mer (holothuries), même s’ils ne sont pas très beaux avec leur corps mou et cylindrique, n’en sont pas moins très utiles au récif et au lagon puisqu’ils se nourrissent en filtrant l’eau et nettoient le sable. Les oursins (échinidés) comptent de nombreuses espèces, et ils sont très reconnaissables avec leurs aiguilles. Ils peuvent être toxiques mais d’autres sont comestibles et très appréciés par certains. Comptant plus de 1800 espèces au total, les étoiles de mer (astéridés) si caractéristiques sont très variées et on peut en trouver à toutes les profondeurs et de toutes les tailles, comme l’imposante Acanthaster planci qui peut atteindre 80 cm de diamètre.

Mollusca : cet embranchement gigantesque et hétérogène qui compte plus de 130 000 espèces dans les océans du monde et plus de 1000 à La Réunion regroupe notamment les classes des gastéropodes, des bivalves et des céphalopodes, et comprend donc des espèces très différentes comme le poulpe, la seiche, le calamar, mais aussi les coquillages, les bénitiers, les huitres, les moules, les limaces et autre vers marins.

Coquillage-Bénitier

Crustacea : les crustacés forment également un vaste ensemble de plus de 50 000 espèces qui accumulent les records, dont celui du plus grand arthropode vivant, le crabe géant du Japon qui fait presque 4 mètres d’envergure, ou dans un autre registre le krill antarctique dont l’espèce représente probablement la plus forte biomasse animale de la planète (500 millions de tonnes estimées). De très nombreuses espèces évoluent à La Réunion, du petit bernard l’ermite (pagures), aux crevettes, crabes, langoustes, homards ou cigales de mer pour ne citer que l’essentiel. Certains sont facilement observables, d’autres sont beaucoup plus discrets.

Les habitants du grand large

En pleine mer, la faune marine abrite de nombreuses espèces de poissons, pour certains très gros. Les baleines à bosse viennent chaque année dans les eaux réunionnaises, mais tortues marines, requins, dauphins, raies, barracudas, thons, espadons, daurades ou autres marlins (voiliers) pour ne citer que les principaux sillonnent aussi les côtes et le large de l’île. La Réunion constitue à cet égard un spot de pêche au gros mondialement reconnu, même si certaines espèces sont rigoureusement protégée.

Tortue-verte-chelonia-mydasTortues marines : sur les sept ou huit espèces de tortues marines recensées dans le monde, deux sont observables proche des côtes réunionnaises : la tortue verte (Chelonia mydas) et la tortue imbriquée (Eretmochelys imbricata), et d’autres plus au large : les tortues clouante, olivâtre et luth. La Réunion est une ancienne aire de ponte des tortues, qu’elles avaient déserté à cause de la chasse et de l’urbanisation, mais les efforts importants fait ces dernières années en matière de sensibilisation et de protection de ces animaux et la création du centre Kélonia sur les tortues marines à Saint-Leu ont permis d’améliorer la situation et les tortues reviennent pondre sur les côtés réunionnaises.

Baleine-a-bosseBaleines : chaque année, d’avril à novembre, les baleines à bosse remontent de l’Antarctique qui est leur zone de nutrition, pour se reproduire et donner naissance à leurs progénitures dans les eaux réunionnaises. Spectacle grandiose de la nature que de pouvoir observer ces gigantesques animaux, pour lequel La Réunion a demandé l’inscription du chemin des baleines au patrimoine mondial de l’Unesco. D’autres espèces de baleines sont également observables au large de la Réunion : baleine à bec de Blainville, baleine à bec de Cuvier, baleine à bec de Longeant ou encore baleine franche.

En Savoir + : La Réunion sur le « Chemin des Baleines »

Dauphins-long-becDauphins : plusieurs espèces de dauphins croisent dans les eaux réunionnaises, qu’il est possible d’observer assez facilement pour certains d’entre eux, comme le dauphin à long bec qui vit en bande, parfois avec des dauphins tachetés ou des dauphins Fraser, ou encore le grand dauphin de l’Indo-Pacifique, qu’on trouve sur la côte Ouest au large de Saint-Gilles ou dans la baie de Saint-Paul. Ils peuvent être plus ou moins joueurs en fonction de l’heure de la journée, et sans doute de leurs envies, car ils ont parfois bien du mal à trouver de la tranquillité au milieu des bateaux venus les contempler.

Requin-tigreRequins : on trouve plus d’une trentaine d’espèces de requins différents à La Réunion, pour la très grande majorité d’entre-eux inoffensifs, mais l’île connaît une recrudescence d’attaques depuis 2011, principalement sur des surfeurs, dont les responsables sont le requin-bouledogue et dans une moindre mesure le requin-tigre. Plusieurs études et dispositifs sont mis en place afin de comprendre le phénomène et surtout sécuriser des zones de baignade sur la côte Ouest. Les requins restent des modèles d’évolution et constituent aujourd’hui parmi les animaux les plus évolués de la faune marine.

En Savoir + : Les attaques de requins à La Réunion

Une biodiversité et une faune marine remarquable

La biodiversité et la faune marine réunionnaise sont exceptionnelles et constituent un trésor qu’il faut absolument préserver. De nombreuses actions ont été mises en place ces dernières années afin de protéger cet environnement remarquable, notamment à l’image de la réserve naturelle marine, mais le travail reste encore important. La « crise requin » que subit La Réunion ces dernières années ne fait qu’accentuer une relation déjà contrastée entre les réunionnais et la mer.

Mais cette biodiversité est encore plus grande, car La Réunion administre également les territoires gigantesques des îles Eparses et des Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF), concentrant ainsi sous sa responsabilité avec ses « dépendances » près de la moitié des eaux territoriales nationales, dont des zones à très fort enjeux environnementaux et à la biodiversité unique.

Pour aller plus loin :

• Les dépendances de La Réunion (TAAF et Iles Eparses)