Le projet pharaonique de la nouvelle route du littoral est une prouesse technique unique au monde. Cette voie en pleine mer sur pilotis qui reliera d’ici 2020 Saint-Denis à La Possession permettra d’évacuer le risque de chutes de pierres sur la route actuelle et de résister à la houle et aux cyclones. C’est aussi un projet économique majeur pour l’île de La Réunion.

L’ouvrage

nouvelle-route-du-littoral-reunionLe viaduc en pleine mer qui reliera Saint-Denis à la Grande Chaloupe sera le plus important viaduc en mer de France. Cet axe routier deux fois trois voies qui intègrera dès le début la possibilité de réaliser à terme un TCSP guidé ou mode ferré (de type tramway) est une prouesse technique mondiale.

Le projet se compose de 2 digues (1 km et 5,7 km) et d’un viaduc de 5,3 km. La route d’une largeur de 29 m sur viaduc et de 35 m sur digues pourra accueillir les circulations des véhicules légers, des poids lourds et des bus ainsi que des modes doux. A terme, un transport en site propre est envisagé, avec possibilité de mode guidé rail.

Quelques chiffres

• Pour le viaduc : 250 000 m3 de béton et 38 000 tonnes d’acier
• Pour les digues : 2 600 000 m3 de remblais, 21 500 unités de blocs de carapace, 115 000 m3 de béton

nouvelle-route-littoral-viaduc-pleine-merLe viaduc reposera sur 48 piles en mer et deux culées en extrémités à la jonction avec la digue, qui est une structure en remblais à talus, surmontée d’un mur chasse mer. La digue est protégée par des couches d’enrochements recouvertes par une carapace de blocs béton. L’ouvrage est ainsi prévu pour résister à une houle de 10 mètres et des vents de plus de 150 km/h.

Deux échangeurs à Saint-Denis et à la Possession seront aménagés afin de permettre l’accès à cette nouvelle route du littoral, d’une longueur totale de 12,5 kilomètres.

Le planning

Les travaux préparatoires qui ont débuté en 2013 s’échelonneront sur une durée totale de 7 ans.

2014 : travaux préparatoires d’accès de chantier, aménagement d’un carrefour giratoire entrée Ouest de Saint-Denis, réalisation des campagnes de reconnaissances géologiques et géotechniques préalables, échangeur définitif de La Possession, viaduc de la Grande Chaloupe, construction des premiers tronçons de la digue, installations de chantier du grand viaduc maritime (centrales à béton, usine de préfabrication, installation de mise à l’eau,…)

2015 : début des travaux du grand viaduc maritime de 5 400 m, réalisation de l’échangeur de La Possession, construction des 4 premiers tronçons de la digue.

2016 : Construction des viaducs, création des digues et pose des accropodes, pose des piles, pose des voussoirs et des tabliers, échangeurs de La Possession et de la Grande Chaloupe.

2017 : Construction des viaducs, création des digues et pose des accropodes, pose des piles, pose des voussoirs et des tabliers, échangeurs de La Possession et de la Grande Chaloupe.

viaduc-NRL-piles

2018 : Construction des viaducs, création des digues et pose des accropodes, pose des piles, pose des voussoir

Les travaux devraient s’achever d’ici 2020.

Un projet moteur pour l’économie de l’île

fiancement-nouvelle-route-littoralLa nouvelle route du littoral reste la route la plus chère de France et le budget initial du projet est colossal : 1,66 milliard d’euros, soit 133 millions par kilomètre, d’autant qu’il ne faut évidement pas exclure une augmentation du coût final de l’opération, déjà élevée. Le financement de ce projet est assurée à hauteur de 669 millions par la Région, 532 millions par l’Etat, 248 millions par le fonds de compensation de la taxe sur la valeur ajoutée, et enfin 151 millions par l’Union Européenne.

Trois entreprises du BTP vont se partager la réalisation du chantier, Bouygues et Vinci auront l’essentiel du projet, et Eiffage devra de son côté construire un petit viaduc.

Le projet qui doit contribuer à la relance de l’activité sur l’île permettra de générer environ 4500 emplois direct et indirects, notamment dans le domaine du BTP, du transport et de la logistique, 2700 emplois générés et 1800 emplois directs de chantier.

Un projet qui divise et fait débat

« Une route moderne, gratuite et sécurisée », c’est le slogan de la Région en faveur des arguments de ce projet, mais certains sujets soulèvent néanmoins des questions importantes.

Pour les porteurs et défendeurs du projet, la nouvelle route du littoral permettra de sécuriser l’axe routier Saint-Denis – La Possession par rapport à la route actuelle, sujette aux chutes de pierres et à la fermeture régulière d’une ou toutes les voies de circulation, et ainsi fluidifier le trafic, mais aussi de contribuer à la relance de l’activité économique de l’île et de répondre au problème de l’emploi.

Les détracteurs du projet soulèvent quant à eux les problèmes liés au financement global du projet qui dépassera sans doute l’enveloppe initiale définie, à l’environnement et à l’écologie (préservation du littoral et de la faune et de la flore) ou encore l’approvisionnement en galets, et mettent même en cause la viabilité du projet pour améliorer le trafic routier ou le réel développement économique que permettra le projet.

La route du littoral en quelques chiffres clés

• 1963 : mise en service de la route du littoral (2 voies)
• 1976 : mise en service de la 4 voies
• Aujourd’hui plus de 50 000 passages par jour
• 10 000 tonnes de roches tombent chaque année, dont 180 échouent sur la route
• 35 morts depuis 1976
• 1,3 millions d’euros : le coût de la maintenance par an

Pour aller plus loin : 

Fermer le menu