Zistoir de l’Ouest : les plages et le lagon de La Réunion

Avec ses 12 kilomètres de récif corallien, la côte Ouest de La Réunion concentre les principales plages et le lagon de l’île de La Réunion. Nous vous proposons d’en découvrir un peu plus sur ces trésors de notre « bord’mer ».

Chaque mois, nous vous donnons ainsi rendez-vous pour un « Zistoir du mois »,  sous l’éclairage d’un guide de l’Office de Tourisme de l’Ouest. Rencontre aujourd’hui avec Mathieu. 

Clovis et Mathieu guides dans l'Ouest de La Réunion
Crédits : Office de Tourisme de l’Ouest

Les plages de La Réunion : Hermitage, Trou d’eau, La Saline, Saint-Leu…

Ces étendues de sables blancs ou noirs font parties intégrantes de La Réunion et de ses paysages de carte postale. Inscrites dans le quotidien des Réunionnais, ces plages sont également le théâtre des piques-niques créoles. Une véritable institution culturelle.

HLR-Lagon-Hermitage

 
Elles abritent également d’importants milieux naturels, que ce soit sous l’eau au sein des récifs coralliens mais aussi sur la plage avec une flore typique du bord de mer réunionnais. Filaos, lianes patate à durand ou cochon, manioc bord de mer… Toutes ces plantes ont un rôle et une place précise dans la préservation de cet éco-système global fragilisé. Découverte !

Plages de sable blanc ou de sable noir : la spécificité de l’île de La Réunion. 

Alors que les plages de Boucan Canot ou de l’Hermitage par exemple bénéficient d’un sable blanc, assez classique, certaines plages à l’image de Saint-Leu ou de l’Étang Salé ont, au contraire, un sable noir, étincelant, aux reflets dorés. 

Mathieu, éclaireur à lOffice de Tourisme de l’Ouest, nous explique les raisons de cette différence. « Les plages de sables blanc, qu’on retrouve en grande majorité dans l’Ouest, sont constituées de coraux morts qui se sont accumulés, amenés par les vagues. On a une plage de sable blanc uniquement parce qu’on a aussi un récif corallien ».

Si ces plages de sables blancs sont condensées dans l’Ouest, c’est tout simplement que la région offre des conditions idéales. « En effet, sur la côte Est par exemple, les pluies importantes, les nombreuses ravines et rivières amènent des matériaux, de l’eau douce, de la houle. Le corail ne tient pas. A contrario, dans l’Ouest, la présence d’anciennes coulées de lave du Piton des Neiges qui se sont étalées en mer formant des plateformes, sont idéales pour le corail. Une faible profondeur, de la lumière : le corail s’est développé. ». 

plage-baie-saint-paul-reunion

Pour les plages de sable noir, le littoral de Saint-Leu est particulièrement intéressant à découvrir lorsqu’on visite La Réunion.  En effet, si la plage du centre, très populaire, propose un sable blanc corallien, petit à petit, en se dirigeant vers le sud, celui-ci devient de plus en plus sombre. Le sable noir est issu des cristaux d’olivine et de la roche balsamique que l’action des vagues et de l’océan a petit à petit effrité. D’où la présence d’un sable « gris » à Saint-Leu. C’est le résultat du mélange entre le sable volcanique et celui des formations coralliennes. 

Le lagon et les coraux à La Réunion : un éco-système à préserver.

Il faut plonger dans le passé pour comprendre la formation de la barrière de corail à La Réunion et la constitution de son lagon. En effet, il y a plus de 8000 ans, à la montée du niveau de la mer, le corail est alors « obligé »  de croître à la verticale pour chercher la lumière. La barrière de corail commence alors à se former. 

À l’origine du corail, on retrouve le Polype. Un petit animal mou qui va venir se fixer sur un support et construire sa « maison », un squelette dur en calcaire : le corail. Lorsqu’on dit, vulgairement, par exemple que le « corail est mort », il s’agit en fait du polype qui a été expulsé du corail, étouffé par la quantité d’oxygène. Le polype s’en va et le corail devient alors malade, il blanchit.

Il existe plusieurs formes de corail dans les récifs de La Réunion.

  • Le plus courant est lcoraux de la réunione Corail Branchu qui prend la forme d’un buisson.
  • Dans le lagon, on croise également le Corail Massif, en forme de gros coussins. Très fragile, il ne faut surtout pas s’asseoir ou monter dessus au risque de le tuer.
  • Plus rare, on trouve également le Corail Tabulaire, en forme de petite table.
  • Enfin, le très élégant Corail Foliacé s’apparente à une succession de plusieurs feuilles, très fines.

Ces joyaux, très fragiles, sont observables en snorkeling mais il est vivement recommandé de ne pas les toucher. En effet, au delà de son aspect esthétique, le lagon de La Réunion et son récif corallien ont une fonction décisive dans l’éco-système maritime. Tout est savamment calculé. « En effet, le lagon situé à l’Ouest de La Réunion, est, en quelque sorte, la nurserie de la vie sous-marine. Le corail constitue une barrière qui assure de bonnes conditions de développement pour les bébés poissons. C’est en cela qu’il est indispensable de le préserver et d’en prendre soin. » 

Malheureusement, il est indéniable que depuis 30 ans, le lagon de La Réunion s’est dégradé. Dans les années 90, Mathieu se rappelle. « Il y avait beaucoup plus de sable sur les plages de La Réunion, le corail était très proche du bord. La mer s’est énormément avancée, conséquence d’une érosion naturelle du récif corallien. En effet, un corail en mauvaise santé entraîne une diminution de la production de sable et par conséquent une réduction des plages. Le réchauffement climatique n’arrange en rien les choses… ».

Mais, Mathieu reste positif. « Le travail de la Réserve Naturelle Marine de La Réunion est essentiel pour maintenir voir améliorer les conditions de développement du corail. Certes, depuis 30 ans, les plages se sont dégradées. Mais la Réserve Marine a fait du bon boulot depuis. Il faut continuer ».

Des plantes pour sauver les plages et le lagon de La Réunion !

La préservation des plages, et par conséquent du lagon et des coraux à La Réunion, passe aussi par la sauvegarde du bord de mer. C’est tout l’objet du travail de plantation et d’entretien des plantes et des arbres sur les plages de l’île.

liane cochonLa liane Cochon ou la liane Patate à Durand par exemple sont des espèces que l’on croise régulièrement. Plantes indigènes, elles étaient présentes avant l’homme et font un formidable travail pour retenir le sable sur nos plages. « Le vent pousse le sable qui va atterrir sur les feuilles. Il va se glisser entre les lobes des feuilles et atterrir au pied de la liane qui la retient mécaniquement : simple et très efficace » explique Mathieu. C’est également une plante décisive pour les tortues marines ! La fleur de la Patate à Durand va émettre un parfum qui sera senti à des kilomètres par les tortues. Un repère pour elles qui leur permettra de venir pondre sur nos plages et d’y revenir plus facilement.  

filaos reunionMais quand est-il de nos filaos, si spécifiques à la plage de l’Hermitage principalement ? Ont-ils une réelle utilité ? Mathieu émet quelques réserves : «  Les filaos plantaient à l’époque avait bien une fonction : alimenter le train en bois de chauffe ! Aujourd’hui, je pense que c’est une erreur d’en replanter. C’est une espèce qui peut être un vrai danger pour les plantes endémiques ou indigènes en prenant toute la place et je doute vraiment de l’utilité des racines pour retenir le sable. En revanche, les lianes, le Manioc bord de mer, le Veloutier… Tout ça sont des espèces utiles à conserver et à replanter. ».

Les plages de La Réunion sont en train d’être restaurée et l’homme est de plus en plus vigilant pour son environnement, c’est une bonne chose. Pour conclure, en bonne optimiste qu’il est, Mathieu nous confirme : « On est dans une bonne dynamique. Il faut qu’elle continue à être positive. C’est maintenant ou jamais. Il faut tout mettre en œuvre pour que les coraux, le lagon, les plages deviennent aussi beau qu’avant l’arrivée de l’homme ! 

Crédits : Office de Tourisme de l'Ouest

Clovis et Mathieu sont les Éclaireurs de l’Ouest.

Plus que des guides, ce binôme propose chaque semaine des balades et des randonnées uniques. Des plages de La Réunion jusqu’au Cirque de Mafate, ils mêlent humour, authenticité et expertise pour notre plus grand plaisir.

Ce contenu est rédigé dans le cadre des Zarlors Balades « Bord’mer » de l’Office de Tourisme de l’Ouest de La Réunion qui propose des visites guidées des plages de La Réunion. Que ce soit en empruntant le sentier des pécheurs de Saint-Leu, en partant à la découverte des tortues marines ou plus simplement, le long littoral de l’Ermitage, ces balades vous permettront de mieux comprendre notre environnement si précieux. Nout zarlor !

Réservations et infos pratiques : Le Zarlor Balade Guidée Bord de Mer – Le Récif Coralien, le lagon et les plages de La Réunion par l’Office de Tourisme de l’Ouest

  • Dates & Horaires : Tous les mercredis de 14h à 16h30
  • Tarif Promo – Spécial Vacances 2020 (jusqu’au 31 aout 2020)
    • -15% sur le 1er achat = 10,20 €
    • -50% sur le 2ème achat = 6 €
      (jusqu’au 31 août 2020)
  • Informations & Réservation :

Source : Office de Tourisme de l’Ouest Réunion – contenu sponsorisé

Logo-OT-Ouest

Fermer le menu